Actualité

07/02/2019BILOBA

La dramatique problématique des plastiques

Définition

 

Un plastique, ou une matière plastique est une substance polymère synthétique contenant un grand nombre d'atomes (ou groupes) de carboneoxygènehydrogène ou azote. Une matière plastique est souvent obtenue par la transformation du pétrole ou du gaz naturel.

 Les plastiques se distinguent en deux grandes familles selon leurs propriétés mécaniques et chimiques :

·      Les thermoplastiques / PEHD, PEVC, PP, PVC, PS, ... : Ils fondent sous l'effet de la chaleur et reprennent leur rigidité en refroidissant. Techniquement, ils peuvent être recyclés ou régénérés.

·      Les thermodurcissables et composites / bakélite, résines époxys, ... : Ils sont obtenus à partir de catalyseurs, de résine et de chaleur. Leur transformation étant irréversible, ils ne peuvent être régénérés. Ils peuvent être réincorporés, après broyage, comme charge dans des résines neuves, ajout de propriétés particulières.

 

 

 

 

 Impact environnemental

 L’utilisation du plastique a été multipliée par 20 lors de la seconde moitié du XXe siècle et devrait doubler encore sur les 20 prochaines années. La production mondiale de thermoplastiques est passée de 15 millions de tonnes en 1964 à 311 millions de tonnes en 2014, puis à 322 millions de tonnes en 2015 et à 348 millions de tonnes en 2017. En cause, l'utilisation des sacs, mais aussi des bouteilles d'eau, de produits ménagers ou de toilette, des gobelets...

 

Accumulation dans les rivières, mers et océans :

 Chaque année, au moins 8 millions de tonnes sont déversées dans les mers, soit l'équivalent du contenu d'un camion-poubelle jeté dans l'océan chaque minute. Et si aucune mesure n'est mise en place, ce seront l'équivalent de deux camions-poubelles jeté dans l'océan chaque minute en 2030 et quatre en 2050.

 Aujourd'hui, les estimations sont d’environ 150 millions de tonnes de déchets plastiques présents dans les océans, dont la grande majorité sont du PE et du PP (80% à 90%). Si la consommation de plastique se poursuit au même rythme, l'océan devrait contenir 1 tonne de plastique pour 3 tonnes de poisson en 2025, et plus de plastique que de poisson, en termes de poids, en 2050.

 D’une part, les océans sont pollués par des macrodéchets de plastique, des microplastiques et même des nanoplastiques. En effet, après avoir rejoint les océans, les macrodéchets de plastique (sacs, bouteilles, emballages…) se fragmentent en microplastiques de moins de 5 millimètres qui eux-mêmes se fragmentent en nanoplastiques. Cela se fait sous l’effet mécanique des vagues, du vent et du sable et l’action chimique des UV. Des microplastiques peuvent également directement provenir de rejets industriels lors de la fabrication des plastiques.

 D’autre part, le plastique est composé d’une macromolécule, le polymère et des agents de formulation et d’additifs – métaux lourds (de plus en plus interdits), stabilisants divers, destinés à lui donner ses caractéristiques techniques (solidité, plasticité, couleurs, …). La macromolécule se dégrade lentement et les agents de formulation peuvent être libérés par le plastique au cours du temps. Ces additifs sont la première catégorie de composés chimiques que transportent les plastiques dans le milieu marin.

 Les plastiques peuvent aussi se charger de composés chimiques au cours de leur utilisation (par contact avec le contenant) et les transporter dans le milieu marin. Mais ils peuvent aussi accumuler des composés chimiques (polluants, mélanges complexes de métaux lourds, …) lors de leurs parcours dans l’environnement, lorsqu’ils sont charriés par les fleuves et les rivières.

 Par conséquent, lorsque les plastiques sont ingérés par des espèces marines, sous l’effet des conditions particulières des sucs gastriques, ils peuvent libérer les composés chimiques qu’ils transportent. Il y a transfert dans la chaine alimentaire. Certains composés chimiques transportés par les plastiques sont même bioaccumulés : ils vont se concentrer sous forme de nanoparticules minérales ou matières adsorbées en remontant la chaine alimentaire.

 

Accumulation dans les sols :

 Beaucoup des microplastiques sont entraînés dans les égouts au moment de leur utilisation. En raison du traitement des eaux usées dans l'UE, certains microplastiques ne seront pas rejetés directement dans les environnements aquatiques, mais se concentrent dans les boues d'épuration fréquemment utilisées comme engrais dans les sols agricoles.

 Une fois libérés, ils peuvent être extrêmement persistants dans l'environnement, certains ayant une demi-vie estimée à des milliers d'années. Cela signifie que leur accumulation sur des terres agricoles est une source de préoccupation car nous ne pouvons actuellement évaluer les risques pour l'environnement résultant de cette accumulation et de cette exposition à long terme.

 Néanmoins, les composés chimiques contenus dans les plastiques sont transférés dans les cultures, puis dans la chaine alimentaire avec possible bio-accumulation.

 

Recyclage des plastiques

 Une des solutions pour lutter contre la pollution par les plastiques est de les recycler. Cependant, la composition des plastiques est de plus en plus complexe (antioxydants, stabilisants UV, colorants, ...), ce qui est un obstacle à leur recyclage.

 En France, par exemple, le taux de recyclage est de l’ordre de 22 % et la valorisation énergétique de 42 %.

 Mais la meilleure solution pour diminuer ces rejets au maximum, c’est de s’attaquer à cette pollution à la source ! C’est pourquoi Biloba Environnement a décidé d’agir dans ce sens et de ne pas utiliser de thermoplastiques dans ses produits afin de diminuer son impact sur l’environnement.

 

 Références bibliographiques

 http://multinationales.org/Comment-les-lobbies-des-emballages-se-cachent-derriere-des-associations-anti

 https://forums.futura-sciences.com/chimie/24742-thermoplastique-thermodurcissables.html

 https://www.economiecirculaire.org/articles/h/pourquoi-ne-recycle-t-on-que-22--des-plastiques.html

 http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/06/19/97002-20180619FILWWW00167-matieres-plastiques-production-en-hausse-en-2017.php

 http://www.septiemecontinent.com/expace-science/

 https://www.actu-environnement.com/ae/news/debris-plastique-marins-metaux-lourds-32511.php4

 https://www.actu-environnement.com/ae/news/microplastiques-concentrer-sols-32448.php4

 https://www.usinenouvelle.com/expo/guides-d-achat/tri-et-recyclage-des-dechets-453

 https://www.dictionnaire-environnement.com/dechet_de_plastique_ID1063.html

 http://www.natura-sciences.com/environnement/pollution-oceans-plastique.html

 http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/01/25/01008-20160125ARTFIG00358-en-2050-les-oceans-compteront-plus-de-plastique-que-de-poisson.php

 

 

BILOBA Environnement, filiale du Groupe H2D, est l’un des plus anciens concepteurs et fabricants français de conteneurs pour la collecte des déchets ménagers en apport volontaire.

Pure Player de l’apport volontaire, BILOBA Environnement est l’inventeur de la notion de Collecte Mitoyenne, la collecte proche et citoyenne, évolution naturelle entre apport volontaire traditionnel, point de regroupement et collecte en porte à porte des déchets ménagers.

Certifié ISO 9001 v 2015 pour son siège et son site de production, BILOBA Environnement est également certifiée Origine France Garantie pour l’ensemble de ses mobiliers.

 

 

 

 

Article en rapport
Les plus lus
Derniers articles